Amérique 

(voir aussi Etats-Unis)

 

 

Niveau collège

 
ERDRICH, Louise. – Le Jeu du silence. – L’école des loisirs, 2008. – 250 p. : ill. ; 19 cm. - (Médium). - ISBN 978-2-211-08360-7 : 11 €
Chez les indiens Ojibwe, la vie s’écoule avec son lot quotidien d’émotions, de peurs, de disputes, de joies, de complicités, les enfants y ont toute leur place au milieu des adultes à condition toutefois qu’ils respectent leurs règles et quand ces derniers ont de grandes décisions, des informations importantes à se communiquer, les petits peuvent être présents à condition qu’ils gardent le silence. Cette fois l’information est de taille et la petite Omakayas, du haut de ses 9 ans, sent qu’il se passe quelque que chose de grave. En effet le président des blancs vient d’envoyer un message terrible, les Ojibwe sont chassés de leurs terres, la petite île de leurs ancêtres. 
Un beau récit pour bons lecteurs qui fait suite à Omakayas paru en 2002
Indiens d'Amérique / famille
 
O'ROARK DOWELL, Frances. – Accusée ! trad. de l'anglais. - Bayard, 2005. - 216 p. - (Estampille). - 19 cm. - ISBN 2-7470-1176-3 : 10,90 €
1928 en Caroline du Nord, Dovey a douze ans. Elle est la benjamine d'une famille de trois enfants: la jolie Caroline l'aînée, seize ans fait battre tous les cœurs et Amos treize ans, le frère sourd muet que Dovey protège envers et contre tout et tous. Sa maman est pieuse et va à l'office religieux toutes les semaines pendant que John son père, musicien, bricoleur, rend mille et un petits services aux alentours. Il règne dans la maison familiale une bonne ambiance chaleureuse. Même s'il n'y a pas beaucoup d'argent l'humeur est toujours joyeuse jusqu'au jour où Parnell le riche séducteur courtise Caroline en lui promettant monts et merveilles. Dovey qui a la langue bien pendue voit cette relation d'un très mauvais oeil et ne se gêne pas pour dire ce qu'elle pense. Par jeu, frivolité et inconscience Caroline laisse le bonimenteur, que personne n'aime pourtant, la courtiser. Lorsqu'elle réalise que le jeu n'est pas sans risques, il est trop tard, le garçon éconduit a juré de se venger. C'est sur Dovey qui l'a toujours malmené, que sa colère et sa rage vont tomber. Le récit se lit d'une seule traite, dommage que la quatrième de couverture dévoile toute l'histoire ou presque. 
société / Amérique 
  

 

 Niveau Lycée

  

DAWSON , Georges / GLAUBMAN, Richard. - Life is so good /trad. de l'américain. 325p. Petite bibliothèque Payot/Voyageurs. 2002  

A 102 ans, George Dawson fait retour sur un passé peu commun, né en 1898 et mort en 2001, il a traversé trois siècles avec la même philosophie. Enfant noir, il a travaillé dès son plus jeune âge, et lorsque la famille s'est brutalement agrandie de cinq enfants supplémentaires, ceux de l'oncle et de la tante, décédés ensemble, George qui n'a alors que 12 ans, doit quitter la maison pour travailler dans des conditions extrêmement difficiles, car son salaire, aussi maigre fut-il, était alors indispensable. Devenu adulte, il a parcouru seul le continent américain, du Mexique au Canada, , sans jamais oublier sa terre d'origine le Texas, la ségrégation entre les Noirs et les Blancs, en aucun cas il n'a réussi à perdre le réflexe de se faire oublier, de se taire, de passer inaperçu. Marié et veuf quatre fois, père de sept enfants à qui il a enseigné les principes qu'il avait hérités de ses parents. C'est à 98 ans qu'il a enfin réalisé le rêve de sa vie en apprenant à lire.

Ce sont tous ses souvenirs qui sont relatés dans ce gros livre écrit par Richard Glaudman, devenu au fil des interviews, son ami. On en apprend autant sur la condition des Noirs au début du siècle, que sur la vie quotidienne en Amérique du Nord, vus à travers le regard d'un enfant, d'un adolescent, d'un adulte, d'un jeune vieillard centenaire, bref... d'un homme tout simplement. Une biographie magnifique qui plaira à tous les publics à partir de la 3è.

BIOGRAPHIE / AMERIQUE /

  

FERGUS, Jim.- Mille femmes blanches. -  trad.de l'américain. - Pocket, 2002. -506 p.   

1874, le président américain Grant accepte une proposition du chef indien Little Wolf, proposition pour le moins surprenante puisqu'il s'agit de troquer mille femmes blanches contre  autant de chevaux, et ce, dans le but d'établir un pacte  qui assurerait la paix entre les deux peuples. Cette demande fut acceptée et, outre quelques femmes qui se portent volontaires, la plupart viennent des pénitenciers et des asiles psychiatriques de tous les Etats-Unis. Les multiples aventures, les péripéties  jalonnent la vie de toutes ces femmes qui se sont mises à aimer un peuple complètement inconnu, à apprécier leurs valeurs et leurs coutumes au point de leur rester fidèles jusqu'à leur mort. 

C'est le parcours de l'une d'entre elles que l'auteur suit plus particulièrement à travers les notes du journal intime de May Dodd l'héroïne du roman. Bien sûr l'histoire est romancée, même s'il s'agit  d'un récit réel .Ce magnifique témoignage en l'honneur des Indiens se termine dans les drames qu'on connaît, leur extermination. 500 pages certes... mais qu'on dévore sans lever le nez!.

Roman épique, initiatique où la magie n'est pas absente. Prix Goncourt des lycéens... Encore un récit extrêmement dur choisi par les adolescents.

AMERIQUE / INDIENS / JOURNAL

       
McGruder, Aaron. - The Boondocks. - Dargaud
6 tomes parus de 2003 à 2006 : 
Le titre the boondocks signifie "banlieue ennuyeuse" (trou perdu).
Huey et Riley Freeman et leur grand-père Robert ont quitté un quartier chaud de Chicago pour s'installer dans une banlieue résidentielle et blanche où s'installent les noirs qui ont assez d'argent.
Mais les deux enfants ont des caractères contestataires. Huey, âgé de 10 ans, est engagé dans des mouvements d'extrême gauche et lutte contre les blancs. Quant à Riley, 8 ans, à l'opposé de son frère, est influencé par la télévision, les rappeurs et ne rêve que de grosses voitures, de filles mais aussi de devenir gangster.
A travers des gags humoristiques de trois ou quatre cases, l'auteur aborde le racisme, la violence, la politique, l'éducation, les préjugés des noirs à l'égard des blancs et réciproquement.

Le dessin, aux traits anguleux, aux aplats de couleurs est assez simple.
Petit souci, il faut une bonne culture américaine pour profiter pleinement de la série. Les annotations en bas de page ne sont pas toujours évidentes.

Aaron McGruder a créé cette série sur Internet en 1996. En 1999, les "Boondocks" font leur début dans la presse et connaissent un grand succès. 
Mais la bande dessinée, le strip s'arrête au profit du dessin animé.
BANDE DESSINEE / AMERIQUE /