Religion

 

Niveau collège

       
LEROY, Thierry. - Myriam choisie entre toutes. -  Bayard Jeunesse, 2000.
L'auteur choisit de nous raconter l'aventure de Myriam, c'est-à-dire Marie, mère de Jésus. Pour cela, il a fait un travail d'historien et il a respecté les textes. Nous voyons donc Marie au quotidien, Marie qui s'affaire et vit comme toutes les autres femmes ou presque, Marie qui se pose des questions mais qui a confiance. 
Un très beau livre pour tous.
     
STOLZ, Joëlle. - Loin de Ghadamès. - Bayard, 2005. - 284 p. - (Estampille). - 19 cm. - ISBN 2-7470-124864 :11,90 €   
XIXème siècle quelque part dans le désert lybien , Malika dont on a fait la connaissance dans "Les ombres de Ghadamès", brave une fois encore les interdits pour évincer les prétendants et se marier envers et contre tous avec l'homme qu'elle avait caché dans la maison, en l'absence de son père. Amoureuse, elle va suivre son mari affrontant l'opprobre du village et partir loin de Ghadamès et de sa famille, de son père pour qui elle voue une admiration sans bornes. Petit à petit elle va s'apercevoir que son époux est bien plus qu'un fervent musulman et qu'il appartient à une confrérie extrémiste. Néanmoins elle tient à le suivre jusqu'au bout, à ses risques et périls, pour en savoir plus. Au long de son périple elle va s'ouvrir à d'autres cultures, à d'autres religions. 
Un très joli récit dans la même veine que le précédent. 
Religions / tolérance / Désert 
   
WEIL, Sylvie. - Le mazal d'Elvina. - L'école des loisirs, 2001. - 210 p. : ill. ; 19 cm. - ( Médium ). -ISBN 2-211-064-56-6 : 10 €.

Dans la tradition juive le mazal c'est l'équivalent de l'ange gardien pour les chrétiens... et pour nous tous, au-delà de toute étiquette confessionnelle, cette petite voix intérieure qui se rappelle à nous dans des moments bien précis. Le mazal d'Elvina est particulièrement présent car la forte personnalité de cette petite juive l'entraîne dans des actions peu appréciées en ce Moyen-Age champenois. En effet elle sait lire et écrire, encouragée en cela par son grand-père Salomon, un sage érudit qui commente la Bible et le Talmud, elle protège en cachette un jeune croisé chrétien, elle enseigne la lecture à ses deux petites cousines... Ce très beau récit qu'on lit d'une seule traite s'est inspiré d'un personnage historique Salomon Ben Isaac qui a vécu à Troyes en 1040. Bourré de multiples informations sur les rites juifs, sur la vie quotidienne au Moyen-Age, sur les relations entre communautés, il se dévore comme un roman d'aventures. A avoir au CDI et à offrir. Tout public à partir de la 4ème.   
RELIGION JUIVE / CROISADES / MOYEN AGE / SAGESSE        

      

   

niveau lycée

  

SCHMITT, Eric Emmanuel . - Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran. – Albin Michel, 2001. - 86p.

Moïse a douze ans, il est juif, seul, car sa mère l'a abandonné très tôt et son père s'est suicidé. Heureusement il y a Monsieur Ibrahim l'épicier "arabe" du coin avec qui l'enfant va nouer une amitié sans faille. C'est l'épicier qui va veiller sur Momo, lui léguer sa sagesse, ses rêves, et l'emmener dans un voyage sans retour. A la mort de son ami, Momo va reprendre le fond de commerce, fermant ainsi la boucle de la vie. Au fond de lui-même, Momo s'est réconcilié avec cette mère qui l'a ignoré pendant de si longues années. Malgré les apparences, car l'adulte qu'il est devenu tient à garder ses distances, une famille s'est recomposée.

Un très beau récit, court, facile à lire et bourré d'émotions et de tendresse, le tout entouré d'une grande pudeur.

   

SCHMITT, Eric Emmanuel. - Oscar et la dame rose. - Albin Michel, 2003. 99 p. 9,50 ¤

Oscar a dix ans, il est leucémique et vit à l'hôpital. Depuis que la greffe de moëlle osseuse a échoué, il sent bien qu'il ne fait plus plaisir aux adultes. Ceux-ci le regardent toujours avec un air triste. Tous, ses parents, les docteurs, les infirmières, … tous sauf Mamie Rose. Mamie Rose est une vieille dame faisant partie des bénévoles en blouses roses qui jouent avec les enfants à l'hôpital. Un jour, Oscar se rend compte par hasard que ses parents sont à l'hôpital et ne viennent pas le voir. Il écoute leur conversation avec le docteur qui leur apprend l'échec des traitements. Ses parents effondrés n'ont pas le courage de lui rendre visite. "il ne faut pas qu'il nous voie dans cet état". Oscar refuse leur lâcheté, ne comprend pas pourquoi il leur fait si peur. C'est alors que Mamie Rose va proposer à Oscar d'écrire à Dieu et d'imaginer que chaque jour corresponde désormais pour lui à 10 ans. Pendant douze jours Oscar va donc vivre toute sa vie, l'enfance, l'adolescence, la quarantaine, la vieillesse, … 
Un livre exceptionnel, qui malgré le sujet n'est pas triste. Plein d'espoir, il donne une image positive de la vie et de la relation à Dieu et à la religion. 
A lire absolument !  (Stéphanie)
J’ai lu avec le même bonheur ce livre qui parle pourtant d’un sujet extrêmement dur puisqu’il s’agit de la mort prochaine et inéluctable, mort d’un enfant qui plus est. La fin de vie du petit garçon est prise en charge par cette dame en rose qui regarde la réalité en face et qui a le don de la transformer en moments exceptionnels, à vivre d’autant plus intensément que l’échéance fatale est imminente. Les dernières heures de la vie d’Oscar, avec ses parents, dans la maison de la dame en rose, lui permette de partir réconcilié.
A lire absolument ! (Elisabeth)