Suicide

 

NiVEAU collège

  

EHRET, Marie-Florence. - Comme un coquelicot. - Bayard, 2005. - 178p. - (Millezime). - 21 cm. - ISBN 2-7470-1508-4 :10,90 €
Mathilde n'a pas choisi de vivre dans l'hôtel que tient tante Jeanne qui n'est d'ailleurs pas sa tante. Il faut dire qu'elle n'a pas de père, que la grand-mère qu'elle aimait est morte, que son frère est placé dans une famille d'accueil, que sa maman est malade, le genre de maladie dont on ne parle qu'à mots couverts: dépression, alcoolisme? Mathilde se sent terriblement seule même si cette solitude est adoucie par la beauté de la nature qui entoure l'hôtel. A l'école elle s'isole pour éviter d'avoir à parler d'elle et de cette famille effilochée qu'est la sienne. Un jour elle fait la connaissance de Kim, une Vietnamienne qui vient d'être adoptée, les deux enfants se trouvent des points communs, et l'amitié va permettre à Mathilde de s'ouvrir et d'accepter la vie telle qu'elle est. Un beau récit, sensible et délicat.
solitude / famille / suicide / adoption / maladie 
  

SASSON, Alain. - Les Dimanches de verre. - L'école des loisirs, 2004. - 236 p. (Médium). - ISBN 2-211-075-57-6 : 11 €

Parce que son père est psychologiquement malade, Benjamin est interne dans un pensionnat, il n'a que onze ans et le règlement, l'uniforme, la loi du plus fort, les sévices sont autant de contraintes et de blessures. Instinctivement il se rapprocherait bien de Pierre le nouveau, un pauvre orphelin, souffre-douleur du collège, mais Benjamin craint les grands qui n'hésitent pas à frapper. Pour épargner sa mère, l'enfant n'avoue jamais ses chagrins et ses angoisses, il endure en silence jusqu'au jour où il décide de réagir, de se défendre, d'attaquer même. Lorsque Pierre à son tour refuse l'humiliation et les injures, il est déjà trop tard, les souffrances accumulées sont telles qu'il n'a plus d'autre choix que de mettre fin à ses jours.

Un très beau récit qui se situe dans les années soixante. Les sujets abordés sont extrêmement durs mais la langue particulièrement imagée, l’humour et la sensibilité du héros, ne manqueront pas de toucher les lecteurs, garçons et filles. A partir de la 4ème.

VIOLENCE / ECOLE / SUICIDE